Une économie « anti-Boucles d'Or »
Perspectives conjoncturelles

Déséquilibres

Une gestion active, alliée à une prise de conscience des risques, peut aider les investisseurs à faire la part des choses dans un contexte économique mondial où l'inflation s'emballe alors que la croissance s'essouffle.

L’auteur

Joachim Fels

Conseiller économique international

Andrew Balls

CIO mondial des placements en titres à revenu fixe

in-page
LIRE NOS PERSPECTIVES

Perspectives économiques

Lorsqu'ils se sont réunis – le plus souvent virtuellement une fois encore – pour préparer notre récent Forum cyclique trimestriel, les professionnels de l'investissement de PIMCO se sont immédiatement accordés sur un point : l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les sanctions prises en réponse à celle-ci et les fluctuations des marchés des matières premières n'ont fait qu'accentuer l'incertitude qui pesait déjà sur les perspectives économiques et financières avant le début de cette horrible guerre.

D'emblée, nous nous sommes remémorés le concept d'incertitude radicale, ou incertitude de Knight, qui a été un thème récurrent dans nos discussions chez PIMCO au fil des ans (voir, par exemple, « King, Keynes et Knight : plongée au cœur d'une économie incertaine  », juillet 2016). Contrairement au risque, qui peut être quantifié en attribuant des probabilités aux résultats sur la base de l'expérience ou de l'analyse statistique, l'incertitude, c'est-à-dire l'inconnu, ne peut par essence être mesurée. Dans un environnement très incertain, des prévisions ponctuelles détaillées ne sont donc pas particulièrement utiles pour élaborer une stratégie d'investissement. C'est pourquoi nos discussions sur les perspectives macroéconomiques sont restées plus générales qu'à l'accoutumée, compte tenu du large éventail de scénarios possibles et de la possibilité de non-linéarités et de brusques changements de régime de l'économie et des marchés financiers.

Malgré les nombreuses inconnues, nous avons dégagé cinq conclusions principales concernant les perspectives cycliques à l'horizon des six à douze prochains mois, qui, selon nous, sont les plus pertinentes pour les investisseurs à ce stade. Nous discuterons des ramifications séculaires à long terme de la situation actuelle lors de notre prochain Forum séculaire en mai.

1) Une économie en déséquilibre

Tout d'abord, l'économie mondiale et les responsables politiques sont confrontés à un choc de l'offre stagflationniste, qui plombe la croissance et va contribuer à attiser l'inflation, ce pour quatre raisons principales : 1) une hausse des prix de l'énergie et de l'alimentation, 2) une perturbation des chaînes d'approvisionnement et des flux commerciaux, 3) un resserrement des conditions financières et 4) une diminution de la confiance des entreprises et des consommateurs face à une incertitude accrue. La conjonction de ces facteurs pourrait facilement aboutir à ce qu'un participant de notre forum a appelé «Anti-goldilocks economy» c'est-à-dire une économie en déséquilibre marquée à la fois par une inflation trop élevée et une croissance trop faible.

Notre scénario de base continue certes de tabler sur une croissance supérieure à la tendance dans l'ensemble des économies développées, mais nous avons abaissé nos prévisions d'environ 1 pour cent par rapport à celles que nous avions établies avant le conflit, pour les ramener à 3 % pour 2022. La croissance reste globalement soutenue par le redémarrage de l'économie à l'issue de la pandémie et par l'épargne refoulée, à même de soutenir la demande.

Des perspectives de croissance et d'inflation assombries par des conditions initiales déjà fragiles
Une économie « anti-Boucles d'Or »

En outre, si les prix réels des matières premières devaient baisser à terme (conformément à l'hypothèse technique établie au moment de la rédaction de ce rapport), l'inflation globale et l'inflation core pourraient selon nous atteindre un sommet à des niveaux révisés à la hausse au cours des prochains mois, avant de baisser progressivement. Il convient de noter que depuis le Forum de décembre, nous avons relevé de 2 points de pourcentage notre prévision d'inflation moyenne sur les marchés développés pour 2022, la portant à 5 %. Toutefois, des risques baissiers évidents et importants pèsent sur cette base de croissance, et des risques à la hausse sur les perspectives d'inflation, en particulier si la guerre ou les sanctions s'intensifient. Notons à cet égard que l'indice de risque géopolitique publié par les chercheurs de la Réserve fédérale américaine s'inscrit en hausse (voir la figure 1). Ces développements corroborent manifestement notre thème séculaire en faveur de cycles de croissance et d'inflation plus courts, avec des amplitudes plus importantes.

Figure 1 : le risque géopolitique est à son paroxysme en près de deux décennies

La figure 1 est un graphique linéaire qui représente l'évolution d'un indice du risque géopolitique mondial entre 1985 et le 28 février 2022. L'indice du risque géopolitique se situe actuellement à 179, par rapport à un niveau de base de long terme d'environ 100, soit le niveau le plus élevé depuis les sommets atteints en 2003 (indice à 359, début de la guerre en Irak), en 2001 (indice à 513, attentats du 11 septembre) et en 1991 (indice à 379, dissolution de l'Union soviétique). La source des données est fournie sous le graphique.

 
Source : Caldara, Dario, et Matteo Iacoviello (2021), « Measuring Geopolitical Risk », document de travail, Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale, novembre 2021 ; données au 28 février 2022.

2) Une probabilité accrue de réactions non linéaires en termes de croissance et d'inflation

Un deuxième point qu'il convient de souligner est que les perspectives de croissance et d'inflation sont assombries par des non-linéarités potentielles liées à des conditions initiales déjà fragiles. Le COVID-19 avait notamment déjà causé d'importants dysfonctionnements au niveau des chaînes d'approvisionnement, pesant sur la production et poussant les coûts et les prix à la hausse dans de nombreux secteurs. La guerre en Ukraine et les sanctions prises en conséquence ont entraîné de nouvelles perturbations au moment même où certains des goulets d'étranglement liés au COVID commençaient à se résorber. Si la Russie ne représente que 1,5 % du commerce mondial, elle joue un rôle bien plus grand dans la fourniture de toute une série de matières premières énergétiques et non énergétiques. L'Ukraine, quant à elle, est non seulement un producteur céréalier de premier plan, mais aussi un important fournisseur de pièces pour l'industrie automobile européenne et d'intrants pour la fabrication de microprocesseurs, comme le néon. Étant donné la complexité des chaînes d'approvisionnement mondiales, des pénuries en apparence mineures de certaines matières premières et de certains composants peuvent avoir un impact considérable sur la production et les prix.

En outre, les récentes mesures de confinement prises pour enrayer le rebond du COVID dans certaines parties de la Chine pourraient créer de nouveaux goulets d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement mondiale, indépendamment de l'évolution de la guerre entre la Russie et l'Ukraine. Même dans l'hypothèse d'une résolution rapide du conflit et d'une détente des prix des matières premières, il serait prématuré selon nous de parler de retour à la normale. Il convient en outre de garder à l'esprit que même après la fin de la guerre en Ukraine, les sanctions demeureront probablement en place pendant longtemps, ce qui freinera les flux de transactions et de capitaux et exacerbera les problèmes d'approvisionnement.

Une autre non-linéarité potentielle dans le processus d'inflation tient au fait que, même avant le choc lié à l'Ukraine, l'inflation atteignait des sommets de plusieurs décennies dans de nombreux pays, tandis que les prévisions d'inflation à long terme s'inscrivaient en hausse (voir la figure 2 pour les données américaines). La pression supplémentaire à court terme sur les prix a accru le risque de désancrage des anticipations d'inflation à moyen et long termes et d'une spirale de hausse des prix et des salaires. Ce risque est plus élevé aux États-Unis, où le marché du travail est déjà très tendu, mais étant donné la taille du choc d'inflation, il est également significatif pour l'Europe. L'évolution en la matière dépendra en grande partie des mesures prises en termes de politique monétaire et budgétaire, dont nous allons discuter ci-après.

Figure 2 : les indicateurs des anticipations d'inflation aux États-Unis ont augmenté de manière significative depuis la pandémie, mais restent actuellement conformes aux moyennes à long terme

La figure 2 est un graphique linéaire qui représente l'évolution d'un indice des prévisions d'inflation aux États-Unis entre 1999 et mars 2022. Sur cette période, l'indice évolue dans une fourchette comprise entre un sommet de 2,16 en juin 2008 et un creux de 1,95 en mai 2020. Le niveau actuel de 2,09 correspond à la moyenne à long terme. La source des données et les notes sont indiquées sous le graphique.

 
Source : PIMCO, Haver analytics. Ahn, Hie Joo, et Chad Fulton (2021). « Research Data Series : Index of Common Inflation Expectations », FEDS Notes. Washington : Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale américaine, 5 mars 2021 ; données au 11 mars 2022. DPC signifie « Personal Consumption Expenditures » (Dépenses de consommation des ménages), une mesure de l'inflation aux États-Unis.

3) Une plus grande divergence engendrée par un choc asymétrique

Une troisième conséquence de la guerre en Ukraine est qu'elle entraînera probablement une plus grande dispersion des résultats économiques et de l'inflation entre les pays et les régions sur l'horizon cyclique. Notez que ces développements font écho à un autre de nos thèmes séculaires : une divergence accrue de la croissance et de l'inflation entre les pays.

Une évolution de l'inflation et de la croissance probablement très différente selon les régions
Une économie « anti-Boucles d'Or »

L'Europe sera probablement la plus touchée, du fait de sa proximité géographique avec le conflit, de ses liens commerciaux, logistiques et financiers plus étroits avec la Russie et l'Ukraine, de sa grande dépendance à l'égard des importations de gaz et de pétrole russes, mais aussi de l'afflux de réfugiés de guerre. Le risque d'une récession et, dans le même temps, d'une forte hausse de l'inflation en Europe cette année, en particulier dans l'éventualité d'une interruption de l'approvisionnement en gaz russe, s'est considérablement accru.

Malgré des liens commerciaux directs moins importants avec la Russie, la Chine et la plupart des autres économies asiatiques seront probablement pénalisées par une hausse des prix de l'énergie, une baisse des revenus du tourisme russe et un ralentissement de la croissance en Europe. En outre, la Chine est exposée à un risque non négligeable de sanctions collatérales susceptibles de nuire à son économie si le conflit s'intensifie et si elle décide de s'aligner trop étroitement sur la Russie.

Dans les pays émergents, les exportateurs de matières premières telles que le pétrole, le minerai de fer, le cuivre, les métaux, le blé et le maïs devraient bénéficier de conditions commerciales plus favorables. Parallèlement, la hausse des prix des matières premières contribuera à accroître des pressions inflationnistes déjà élevées dans la plupart des économies émergentes, en particulier lorsque les prévisions d'inflation ne sont pas bien ancrées. Selon nous, certains pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient seront touchés de façon plus ou moins importante par la hausse des prix du blé et la baisse des recettes touristiques. Les difficultés économiques pourraient en outre exacerber l'instabilité politique dans la région, comme ce fut le cas il y a plus d'une décennie lors du « Printemps arabe », dont l'un des facteurs déclencheurs avait été la flambée des prix alimentaires.

De son côté, l'économie américaine semble relativement immunisée contre les effets immédiats de la guerre en Ukraine, du fait de liens commerciaux directs très restreints avec la région et de sa relative indépendance énergétique. Toutefois, le ralentissement de la croissance dans le reste du monde, la forte hausse des prix de l'essence, la possibilité de nouvelles perturbations de la chaîne d'approvisionnement mondiale et le net durcissement des conditions financières depuis le début de la guerre (voir la figure 3) restent susceptibles de freiner la croissance et de pousser l'inflation à la hausse cette année, selon nous.

Figure 3 : Les conditions financières américaines se sont rapidement resserrées depuis l'invasion de l'Ukraine

La figure 3 est un graphique linéaire qui représente l'évolution de l'indice des conditions financières aux États-Unis, un indice propre à PIMCO qui résume un éventail de variables économiques (plus d'informations sont disponibles dans les notes sous le graphique). La période représentée s'étend de 2008 à mars 2022, période durant laquelle l'indice a atteint un plus haut de 102,7 en mars 2009 et un plus bas de 96,8 en décembre 2020. Le niveau actuel de l'indice, au 15 mars 2022, est de 98,6, soit son point le plus haut depuis le début de la pandémie de Covid-19.

 
Source : PIMCO, Réserve fédérale et Bloomberg au 15 mars 2022. L'indice PIMCO des conditions financières est un indice propriétaire qui reflète l'évolution future de l'économie à partir d'un large éventail de variables financières, dont le taux des fonds fédéraux, les rendements obligataires, les spreads de crédit, les cours des actions, les prix du pétrole et l'USD pondéré par les échanges. La pondération de ces variables est déterminée grâce à des simulations fondées sur le modèle FRB/US de la Fed. Une hausse ou une baisse de l'indice implique respectivement un durcissement ou un assouplissement des conditions financières.

4) Un dilemme pour les banques centrales

La plupart des banques centrales semblent déterminées à lutter contre l'inflation plutôt qu'à soutenir la croissance. Dans des circonstances normales, on pourrait s'attendre à ce que les banques centrales appréhendent un choc d'offre sous l'angle de ses conséquences inflationnistes, mais les circonstances actuelles n'ont rien de normal, le choc en cours survenant alors que l'inflation est déjà élevée par suite de la pandémie de COVID et des difficultés d'approvisionnement persistantes. Les autorités monétaires semblent donc avant tout s'attacher à prévenir les effets secondaires d'une hausse de l'inflation globale et d'une nouvelle hausse des anticipations d'inflation, déjà élevées, ce qui, à l'évidence, contribue à accroître le risque d'un atterrissage brutal au cours des prochains mois et implique également un risque croissant de récession plus tard dans l'année ou en 2023. Bien que ce ne soit pas notre scénario de base, il convient de surveiller les développements en la matière.

La Banque centrale européenne (BCE), qui est la banque centrale la plus exposée au choc russe en termes de risques pour le PIB et dont la dynamique d'inflation sous-jacente est la plus faible, avec la Banque du Japon, a démontré lors de sa réunion de mars qu'elle n'avait pas l'intention de renoncer à durcir sa politique au vu des perspectives actuelles.

Lors de sa réunion de mars, la Réserve fédérale américaine a quant à elle entamé un nouveau cycle de resserrement en relevant le taux des fonds fédéraux, jusqu'ici maintenu à zéro, et a indiqué qu'elle procéderait à une série de hausses de taux au cours de l'année, en s'attachant dans le même temps à liquider son bilan, vraisemblablement dès l'une de ses deux prochaines réunions.

De son côté, la Banque d'Angleterre a relevé ses taux pour la troisième fois en trois mois en mars, en indiquant qu'elle allait probablement continuer à resserrer sa politique monétaire. De nombreuses autres banques centrales des pays aussi bien développés qu'émergents se sont elles aussi engagées sur la voie du resserrement au vu de la forte hausse des pressions inflationnistes. La seule exception notable est la Chine, où une inflation inférieure à l'objectif, une monnaie forte et des inquiétudes concernant la croissance ont conduit à un assouplissement monétaire modéré ces derniers mois, et rendent improbable tout resserrement cette année.

Priorité à la lutte contre l'inflation plutôt qu'à la croissance pour la plupart des banques centrales
Une économie « anti-Boucles d'Or »

Ainsi, pour la première fois depuis la stagflation des années 1970 et du début des années 1980, les grandes banques centrales occidentales, au premier rang desquelles la Fed, ne semblent pas devoir intervenir face à un choc de croissance négatif, étant donné qu'il s'accompagne d'un choc inflationniste positif, ce qui accroît le risque d'un ralentissement de la croissance, voire d'une récession des économies développées et de répercussions néfastes sur les marchés financiers.

Comme nous l'avons souligné dans nos Perspectives séculaires, « L'Ère de la transformation », notre scénario de base continue de tabler sur des taux directeurs réels neutres bas, en raison à la fois de la pérennité des moteurs à long terme et de la sensibilité des marchés financiers à des taux plus élevés. Néanmoins, une inflation plus élevée devrait confronter les banques centrales à des choix difficiles –, mais aussi offrir des opportunités aux investisseurs actifs si la poursuite du resserrement des banques centrales entraîne une dislocation des marchés financiers.

5) Une réponse modérée en termes de politique budgétaire

Les gouvernements ont réagi à la pandémie avec tous les outils à leur disposition, notamment en matière de politique monétaire. Aujourd'hui toutefois, comme les déficits et les niveaux d'endettement sont nettement plus élevés, et dans la mesure où les banques centrales ont mis fin à leurs programmes d'assouplissement quantitatif et relevé leurs taux, la réaction budgétaire au choc actuel sera probablement beaucoup plus modérée.

Nous sommes fermement convaincus que l'Europe s'apprête à mettre en œuvre de nouvelles mesures d'assouplissement budgétaire, au travers non seulement d'une augmentation des dépenses de défense (ce qui ne prendra effet qu'au bout d'un certain temps), mais aussi de transferts et de subventions fiscales visant à amortir l'impact d'une augmentation des coûts énergétiques sur les revenus disponibles. Toutefois, ces mesures ne compenseront probablement qu'en partie l'impact que la levée des mesures de soutien temporaires mises en œuvre pendant la pandémie ne manquera pas de produire. En outre, d'autres mesures en faveur d'une capacité budgétaire partagée dans le cadre du budget de l'UE, cette fois au profit de la défense et d'investissements plus importants dans les énergies renouvelables, semblent probables. Toutefois, il pourrait s'agir d'un processus de longue haleine, qui n'aura un impact économique que bien au-delà de notre horizon cyclique.

Aux États-Unis, l'impasse politique au Congrès laisse espérer, au mieux, un maigre soutien budgétaire supplémentaire à court terme. Et à l'issue des élections de mi-mandat en novembre, dans l'hypothèse d'une majorité républicaine à la Chambre et peut-être aussi au Sénat, la paralysie qui en résulterait pourrait faire obstacle à tout nouvel assouplissement budgétaire au cours des années à venir. Si ce n'est pas une bonne nouvelle pour la croissance cyclique, cela devrait contribuer à atténuer les pressions inflationnistes car, comme l'épisode de la pandémie l'a illustré, l'inflation n'est pas seulement un phénomène monétaire mais aussi budgétaire – il faut être deux pour danser le tango.

Similaire

Recommandations d'investissement

Dans ce contexte difficile et incertain, un élément clé de notre stratégie d'investissement sera de mettre l'accent sur la flexibilité et la liquidité de nos portefeuilles. Selon nous, il est important de disposer d'un budget de risque et de liquidités pour faire face aux événements et éventuellement tirer parti des opportunités. Il y a beaucoup d'avantages à maintenir notre positionnement à l'égard des facteurs de risque macroéconomiques globalement inchangé, tout en investissant nos liquidités de manière très prudente.

Sensibilité

Nous prévoyons de sous-pondérer légèrement la sensibilité aux taux, compte tenu des niveaux actuels, des risques de hausse de l'inflation et de la perspective d'un resserrement des banques centrales davantage dicté par la nécessité d'une politique crédible de lutte contre l'inflation que par les préoccupations de croissance à court terme.

Un positionnement sur le crédit appelé à privilégier la résilience, la liquidité et la préservation du capital
Une économie « anti-Boucles d'Or »

Cependant, nous n'avons pas l'intention de nous exposer outre mesure au risque compte tenu des craintes à l'égard de la croissance actuelle, qui pourraient peser sur celle de demain, mais aussi de la vulnérabilité des marchés actions face à la perspective d'une campagne de resserrement durable, susceptible d'aller au-delà des valorisations actuelles du marché. Nous prévoyons de réduire nos positions sur la courbe, dans la mesure où le cycle de resserrement mondial est désormais amorcé. Les TIPS américains continuent selon nous d'offrir la possibilité d'atténuer le risque de hausse de l’inflation aux États-Unis à un prix raisonnable.

Crédit

Les actifs de spread ont subi une correction généralisée. Bien qu'il soit possible d'augmenter le risque de spread de manière opportuniste dans nos portefeuilles, nous préférons mettre l'accent sur le crédit structuré et les obligations d'entreprises, qui présentent selon nous un faible risque de défaut. En outre, les marchés du crédit pourraient connaître un nouveau repli en cas d'escalade du conflit entre la Russie et l'Ukraine, ou si les grandes banques centrales sont amenées à durcir le ton face à des pressions inflationnistes accrues. Le positionnement sur le crédit doit privilégier la résilience, la liquidité et la préservation du capital afin de pouvoir faire face à un large éventail de scénarios.

Nous prévoyons de sous-pondérer les obligations d'entreprises génériques. Tout d'abord, plusieurs types de produits titrisés, tels que les RMBS (titres adossés à des emprunts hypothécaires résidentiels), les ABS (titres adossés à des actifs) et les CMBS (titres adossés à des crédits hypothécaires commerciaux) – principalement américains et britanniques, ainsi que certaines garanties européennes de premier rang – offrent selon nous une meilleure qualité de crédit, ou un risque de défaut moindre, que les obligations d'entreprises. Deuxièmement, s'agissant du crédit d'entreprises, nous prévoyons de continuer à privilégier les valeurs financières senior. À la faveur d'un récent repli, il paraît notamment possible d'accroître, de manière prudente, notre exposition aux grandes banques mondiales, qui semblent présenter un faible risque de défaut, même dans un contexte de volatilité beaucoup plus élevée. Sur les marchés du crédit, nous continuerons vraisemblablement de privilégier les États-Unis par rapport à l'Europe et aux marchés émergents, compte tenu de leur exposition et de leur vulnérabilité moindres aux événements en Russie et en Ukraine. En outre, nous continuons de privilégier la liquidité lorsque nous exploitons le bêta du crédit, en mettant l'accent sur les obligations d'entreprises au comptant suscitant les plus fortes convictions et les plus résilientes identifiées par notre équipe Crédit international.

Devises et marchés émergents

En ce qui concerne les devises, nous prévoyons de surpondérer certaines devises du G-10 et émergentes dans les portefeuilles où ces positions à risque correspondent aux directives et aux attentes de nos clients, en mettant l'accent sur le bêta des matières premières et les valorisations bon marché. Compte tenu de l'incertitude actuelle, nous nous en tiendrons probablement à des positions relativement petites. Plus généralement, nous prévoyons de nous exposer de manière limitée aux marchés émergents, mais continuons de rechercher des opportunités attrayantes dans un contexte difficile.

Matières premières

En ce qui concerne l'allocation d'actifs en dehors des portefeuilles axés sur les obligations, avant les récents événements en Ukraine, les marchés des matières premières commençaient à présenter des caractéristiques typiques d'une fin de cycle, la demande commençant à dépasser l'offre. Par conséquent, pour le même niveau de prix, nous nous attendons à une croissance de la production plus faible qu'il y a quelques années à peine. Compte tenu de l'importance de l'énergie pour les coûts de production d'autres matières premières, l'impact sur l'inflation globale sera probablement significatif. Dans ce contexte, les événements en Ukraine pourraient, malgré une bonne visibilité, entraîner une hausse significative des prix, les acheteurs de matières premières cherchant à réduire leur dépendance à l'égard des exportations russes pour toute une série de produits. Dans la mesure où les indices des matières premières affichent des niveaux de portage positifs rarement atteints, nous pensons que les matières premières peuvent également jouer un rôle dans l'atténuation des risques de hausse de l'inflation.

Actions

Nous prévoyons d'adopter un positionnement globalement neutre sur le risque bêta des actions dans nos portefeuilles d'allocation d'actifs. Selon toute vraisemblance, nous sommes résolument entrés dans la dernière phase du cycle, marquée par une dynamique de croissance sous-jacente encore forte, mais de plus en plus vulnérable au risque baissier. Au vu de la contraction des multiples des actions face au resserrement des banques centrales, les bénéfices s'imposent désormais comme le principal moteur des rendements à venir. Selon nous, l'environnement actuel favorise les sociétés de qualité et moins cycliques. Nous nous attacherons à conserver des liquidités au sein de nos portefeuilles d'allocation d'actifs, tout comme dans nos portefeuilles obligataires, afin de tirer parti des dislocations sur les marchés actions lorsqu'elles se produiront.


Télécharger les Perspectives conjoncturelles de PIMCO

Télécharger Le PDF
Processus d’investissement actif de PIMCO

Les idées sont notre carburant, depuis des décennies

À propos de nos forums

Le processus d’investissement de PIMCO, peaufiné depuis plus de cinquante ans et testé dans la quasi-totalité des environnements de marché, se fonde sur nos Forums séculaires et cycliques. Quatre fois par an, nos spécialistes de l'investissement venus du monde entier se réunissent pour débattre de la situation sur les marchés mondiaux et de l'économie mondiale, ainsi que pour identifier les tendances qui auront, selon nous, d'importantes implications en termes d'investissement.

Lors du Forum séculaire, qui se tient une fois par an, nous nous concentrons sur les perspectives des cinq prochaines années, ce qui nous permet de positionner les portefeuilles pour qu'ils profitent des évolutions et des tendances structurelles de l'économie mondiale. Parce que nous pensons que la diversité des idées favorise la performance des investissements, des intervenants prestigieux (économistes lauréats du Prix Nobel, responsables politiques, investisseurs et historiens) sont invités à apporter des perspectives précieuses et pluridimensionnelles à nos débats. Nous bénéficions également de la participation active du Conseil consultatif mondial de PIMCO, une équipe d’experts de renommée mondiale en matière économique et politique.

À l'occasion des Forums cycliques, qui sont organisés trois fois par an, nous nous intéressons aux perspectives des six à douze prochains mois, en analysant les dynamiques économiques des grands pays développés et émergents. Notre objectif est d'identifier les éventuels changements de politique monétaire et budgétaire, de primes de risque ou de valorisations relatives, qui constituent autant d'éléments qui influencent le positionnement des portefeuilles.

Mentions Légales

London
PIMCO Europe Ltd
11 Baker Street
London W1U 3AH, England
+44 (0) 20 3640 1000

Dublin
PIMCO Europe GmbH Irish Branch,
PIMCO Global Advisors (Ireland)
Limited
3rd Floor, Harcourt Building 57B Harcourt Street
Dublin D02 F721, Ireland
+353 (0) 1592 2000

Munich
PIMCO Europe GmbH
Seidlstraße 24-24a
80335 Munich, Germany
+49 (0) 89 26209 6000

Milan
PIMCO Europe GmbH - Italy
Corso Matteotti 8
20121 Milan, Italy
+39 02 9475 5400

Zurich
PIMCO (Schweiz) GmbH
Brandschenkestrasse 41
8002 Zurich, Switzerland
Tel: + 41 44 512 49 10

Tout investissement comporte un risque et peut perdre de la valeur. L'investisseur sur le marché obligataire s'expose à certains risques au nombre desquels un risque de marché, de taux, de signature, de crédit, d'inflation et de liquidité. La valeur de la plupart des obligations et stratégies obligataires est affectée par les variations de taux d'intérêt. Les obligations et les stratégies obligataires assorties de sensibilités plus longues ont tendance à être plus sensibles et plus volatiles que celles qui affichent des sensibilités plus courtes. De façon générale, les prix des obligations chutent quand les taux d'intérêt augmentent, un risque renforcé par les contextes de taux d'intérêt bas. La réduction des capacités des contreparties obligataires peut contribuer à un assèchement de la liquidité sur le marché et à une volatilité accrue au niveau des prix. La valeur des investissements obligataires peut être supérieure ou inférieure à leur coût d'achat à la date de cession. Les matières premières comportent des risques accrus, parmi lesquels les risques de marché, politiques, réglementaires et environnementaux, et peuvent ne pas convenir à tous les investisseurs. Les actions pourraient diminuer de valeur en raison des conditions réelles et perçues du marché général, de l’économie et de l’industrie. L'investissement dans des titres libellés en devise étrangère et/ou domiciliés à l'étranger peut entraîner des risques plus élevés en raison des fluctuations de change et des risques économiques et politiques potentiellement plus élevés dans les marchés émergents. Les taux de change peuvent fluctuer sensiblement sur de courtes périodes et réduire les performances d'un portefeuille. Les titres adossés à des crédits hypothécaires ou à des actifs peuvent s’avérer sensibles aux variations de taux d’intérêt ou au risque de remboursement anticipé et, même s’ils sont généralement soutenus par un gouvernement, un organisme public, ou un garant privé, il n’y a aucune assurance que celui-ci pourra respecter ses obligations. Les obligations indexées sur l'inflation (OII) émises par un gouvernement sont des titres à revenu fixe dont la valeur de remboursement est ajustée périodiquement en fonction du taux d'inflation. Les OII perdent de la valeur lorsque les taux d'intérêt réels augmentent. Les Treasury Inflation-Protected Securities (TIPS) sont des OII émises par le gouvernement américain. Le risque de gestion est le risque que les techniques d’investissement et les analyses de risque utilisées par PIMCO ne produisent pas les résultats attendus et que certaines politiques ou certains développements puissent affecter les techniques d’investissement à la disposition de PIMCO pour mettre en œuvre sa stratégie. La diversification ne constitue pas une garantie contre les pertes.

Le bêta mesure la sensibilité du prix d'un actif aux mouvements du marché. Le bêta de marché est de 1. La qualité de crédit d'un titre ou d'un groupe de titres ne garantit en rien la stabilité ou la protection du portefeuille dont ils font partie.

Dans ce contexte, les termes « bon marché » et « cher » se réfèrent à un titre ou une classe d’actif qui est considéré(e) comme nettement sous- ou surévalué(e) par rapport à sa moyenne historique et aux anticipations du gérant. Aucune garantie n’est donnée concernant l’obtention de résultats futurs ou l’obtention de gains ou d’une protection contre des pertes éventuelles grâce à la valorisation d'un titre.

Les prévisions, estimations, ainsi que certaines informations contenues dans le présent document s'appuient sur des recherches internes et ne doivent nullement être interprétées comme un conseil d'investissement, une offre ou une invitation, ni comme un achat ou une vente d’un instrument financier quel qu’il soit. Les prévisions et estimations comportent quelques limites inhérentes et, contrairement à un historique de performance, ne reflètent pas les échanges, les contraintes de liquidité, les commissions et/ou autres coûts effectifs. Par ailleurs, les références à des résultats futurs ne peuvent être interprétées comme une estimation ou une promesse de résultats pour le portefeuille d’un client.

Les déclarations concernant les tendances des marchés financiers ou les stratégies de portefeuille se fondent sur les conditions de marché actuelles, qui peuvent fluctuer. Rien ne permet de garantir que ces stratégies d’investissement fonctionneront dans toutes les situations du marché ni qu’elles conviendront à tous les investisseurs. Chaque investisseur doit évaluer sa capacité à investir dans une optique à long terme, surtout en période de repli du marché. Il est recommandé aux investisseurs de consulter leur professionnel de l'investissement avant de prendre toute décision en matière d'investissement. Les perspectives et stratégies sont sujettes à modification, sans notification préalable.

De manière générale, PIMCO fournit des services à des institutions qualifiées, à des intermédiaires financiers et à des investisseurs institutionnels. Les investisseurs individuels doivent contacter leur propre professionnel de la finance pour déterminer les options de placement les plus appropriées à leur situation financière. Ce document contient les opinions du gérant, lesquelles sont sujettes à modification sans notification préalable. Le présent document est distribué à titre d'information uniquement et ne doit nullement être considéré comme un conseil en investissement ou une recommandation relative à quelque valeur mobilière, stratégie ou produit d'investissement que ce soit. Les informations contenues dans ce document proviennent de sources réputées fiables, mais ne sauraient être garanties. Aucune partie de ce document ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit et il ne peut y être fait référence dans aucune autre publication sans permission écrite expresse. PIMCO est une marque d’Allianz Asset Management of America L.P. aux États-Unis et ailleurs. ©2022, PIMCO.

PIMCO