Blog

Principales conclusions des Perspectives séculaires : En quête de résilience

Nous estimons que des cycles économiques plus courts, une volatilité accrue et une diminution des réponses politiques garantissent une priorité à la résilience du portefeuille plutôt qu'à l'atteinte des rendements.

Lemonde se fragmente.

Les premières fractures sont apparues avec le scepticisme dont a fait preuve le monde occidental face à l'émergence de la Chine en tant que grande puissance économique et géopolitique. La guerre en Ukraine et les réactions qu'elle a suscitées aggravent ces fractures géopolitiques et pourraient accélérer la transition d'un monde unipolaire vers un monde bipolaire, voire multipolaire.

Dans nos Perspectives séculaires 2022, « Atteindre la résilience », nous discutons de ces tendances et d’autres tendances clés affectant l’économie mondiale, les marchés et les politiques budgétaires et monétaires qui éclairent nos perspectives quinquennales et le positionnement de notre portefeuille. Ce billet de blog résume nos points de vue.

Moyen terme : risques de récession élevés

Nous anticipons un risque de récession élevé dans les deux prochaines années qui reflète une aggravation potentielle des troubles géopolitiques, une inflation tenace qui rogne le revenu disponible réel des ménages et la lutte acharnée des banques centrales contre l'inflation (au détriment de la croissance) qui aggrave le risque d'accidents financiers en plus du resserrement brutal des conditions financières déjà observé.

De plus, si récession il y a, nous estimons que la réponse monétaire et budgétaire sera plus réservée et tardive que lors des dernières crises où l'inflation n'était pas un problème et où l'endettement public et les bilans des banques centrales étaient moins volumineux.

Si, pour de nombreuses raisons, nous estimons que la prochaine récession ne sera pas aussi grave que la Grande récession de 2008 ou que l'arrêt brutal provoqué par la pandémie en 2020, la réaction moins énergique des banques centrales et des gouvernements pourrait prolonger la récession et/ou enclencher une reprise plus timide.

Thème séculaire : en quête de résilience

Dans un monde plus divisé, les gouvernements et les entreprises devraient, selon nous, rechercher la sécurité et renforcer leur résilience :

  • Compte tenu du risque de conflit militaire plus réel après l'agression russe envers l'Ukraine, de nombreux gouvernements, en particulier en Europe, mais également ailleurs, ont annoncé qu'ils prévoyaient d'augmenter leurs dépenses en matière de défense et d'investir dans la sécurité énergétique et alimentaire.
  • Les entreprises cherchent à renforcer la résilience de leurs chaînes d'approvisionnement via la diversification mondiale et la délocalisation vers des pays proches ou « amis ». Cette tendance, qui est apparue à la suite des tensions commerciales entre la Chine et les États–Unis, puis lorsque la pandémie a mis en évidence la fragilité des chaînes de valeur complexes, devrait s'intensifier face à l'insécurité géopolitique croissante.
  • Par ailleurs, en réaction aux risques climatiques et à la crise sanitaire, gouvernements et entreprises ont déjà redoublé d'efforts pour atténuer le changement climatique et s'y adapter ainsi que pour améliorer la sécurité sanitaire de leurs citoyens et employés.

Thèmes d’investissement

Nous estimons que les investisseurs, plutôt que de partir en quête de rendement, chercherons à renforcer la résilience dans la construction de portefeuille en constituant une allocation d'actifs plus solide face à un environnement plus incertain en termes de volatilité macroéconomique et de marché, mais aussi de soutien des banques centrales. Pour notre part, nous chercherons à renforcer la résilience des portefeuilles que nous gérons pour le compte de nos clients et à exploiter les périodes de volatilité de marché.

Compte tenu des valorisations initiales (même après le repli des marchés d'actifs ces derniers mois) et de la volatilité accrue attendue sur les marchés et sur le plan macroéconomique, les performances des actifs devraient être faibles à l'horizon séculaire.

Ceci étant dit, les rendements des indices d'obligations « core » ont quitté les points bas atteints pendant la pandémie et nous estimons, dans notre scénario central, que les marchés à terme devraient intégrer (ou être en passe de le faire) ce qui devrait être le sommet séculaire des taux directeurs dans différents pays.

Nous tablons sur des performances positives pour la plupart des indices de référence obligataires sur l’horizon séculaire et les investissements obligataires, à des niveaux de rendement plus élevés, devraient jouer un rôle majeur pour renforcer la résilience au sein des portefeuilles diversifiés.

Les stratégies de crédit non coté peuvent compléter avantageusement les allocations au crédit coté, même si nous observons des excès sur certains segments de ces marchés. Nous devrions privilégier les obligations d'entreprises de qualité supérieure et chercherons à offrir, et non à demander, de la liquidité durant les périodes de tensions sur les marchés du crédit.

Dans un contexte de tensions inflationnistes accrues, les titres du Trésor américain protégés contre l'inflation (TIPS), les matières premières et certains titres mondiaux indexés sur l'inflation nous semblent offrir une couverture à un prix raisonnable. L’immobilier peut également apporter une protection contre l’inflation, notamment dans des secteurs comme le logement collectif et le stockage en libre-service, où les baux sont généralement inférieurs à un an.

Les marchés d’actions devraient, selon nous, afficher des performances inférieures à ce que les investisseurs ont pu connaître depuis la crise financière mondiale, ce qui nous pousse à mettre encore davantage l'accent sur la qualité et à prêter attention à la sélection.

Nous pensons que les marchés émergents présenteront de bonnes opportunités, mais nous tenons à souligner l’importance de l’investissement actif pour identifier les gagnants et les perdants probables dans un environnement difficile pour l’investissement.

Pour plus de détails sur nos perspectives pour l’économie mondiale et les implications en matière d’investissement au cours des cinq prochaines années, lisez l’intégralité des Perspectives séculaires, « Atteindre la résilience ».

Joachim Fels est le conseiller économique mondial de PIMCO, Andrew Balls est CIO Global Fixed Income et Dan Ivascyn est Group CIO.

L’auteur

Joachim Fels

Conseiller économique international

Andrew Balls

CIO mondial des placements en titres à revenu fixe

Daniel J. Ivascyn

Group CIO

Similaire

Mentions Légales

London
PIMCO Europe Ltd
11 Baker Street
London W1U 3AH, England
+44 (0) 20 3640 1000

Dublin
PIMCO Europe GmbH Irish Branch,
PIMCO Global Advisors (Ireland)
Limited
3rd Floor, Harcourt Building 57B Harcourt Street
Dublin D02 F721, Ireland
+353 (0) 1592 2000

Munich
PIMCO Europe GmbH
Seidlstraße 24-24a
80335 Munich, Germany
+49 (0) 89 26209 6000

Milan
PIMCO Europe GmbH - Italy
Corso Matteotti 8
20121 Milan, Italy
+39 02 9475 5400

Zurich
PIMCO (Schweiz) GmbH
Brandschenkestrasse 41
8002 Zurich, Switzerland
Tel: + 41 44 512 49 10

Madrid
PIMCO Europe GmbH - Spain
Paseo de la Castellana, 43
28046 Madrid, Spain
Tel: +34 810 809 912

Les performances passées ne constituent pas une garantie ou un indicateur fiable des résultats futurs.

Tout investissement comporte un risque et peut perdre de la valeur. L'investisseur sur le marché obligataire s'expose à certains risques au nombre desquels un risque de marché, de taux, de signature, de crédit, d'inflation et de liquidité. La valeur de la plupart des obligations et stratégies obligataires est affectée par les variations de taux d'intérêt. Les obligations et les stratégies obligataires assorties de sensibilités plus longues ont tendance à être plus sensibles et plus volatiles que celles qui affichent des sensibilités plus courtes. De façon générale, les prix des obligations chutent quand les taux d'intérêt augmentent, un risque renforcé par les contextes de taux d'intérêt bas. La réduction des capacités des contreparties obligataires peut contribuer à un assèchement de la liquidité sur le marché et à une volatilité accrue au niveau des prix. La valeur des investissements obligataires peut être supérieure ou inférieure à leur coût d'achat à la date de cession. Les obligations indexées sur l'inflation (OII) émises par un gouvernement sont des titres à revenu fixe dont la valeur de remboursement est ajustée périodiquement en fonction du taux d'inflation. Les OII perdent de la valeur lorsque les taux d'intérêt réels augmentent. Les Treasury Inflation-Protected Securities (TIPS) sont des OII émises par le gouvernement américain. Les matières premières comportent des risques accrus, parmi lesquels les risques de marché, politiques, réglementaires et environnementaux, et peuvent ne pas convenir à tous les investisseurs. Les actions pourraient diminuer de valeur en raison des conditions réelles et perçues du marché général, de l’économie et de l’industrie. La valeur des biens immobiliers et des portefeuilles investis dans ces derniers peut fluctuer en fonction des pertes liées aux sinistres ou expropriations, des variations des conditions économiques locales et globales, de l’offre et de la demande, des taux d’intérêt, des taxes foncières, des restrictions applicables aux loyers, des lois sur l'occupation des sols et des dépenses opérationnelles. L'investissement dans des titres libellés en devise étrangère et/ou domiciliés à l'étranger peut entraîner des risques plus élevés en raison des fluctuations de change et des risques économiques et politiques potentiellement plus élevés dans les marchés émergents. Le crédit privé implique un investissement dans des titres non cotés en bourse qui peuvent être sujets à un risque d'illiquidité. Il se peut que les portefeuilles qui investissent dans le crédit privé fassent appel à l’effet de levier et qu'ils adoptent des pratiques d'investissement spéculatives accroissant le risque de perte d'investissement. La diversification ne constitue pas une garantie contre les pertes.

Les déclarations concernant les tendances des marchés financiers ou les stratégies de portefeuille se fondent sur les conditions de marché actuelles, qui peuvent fluctuer. Rien ne permet de garantir que ces stratégies d’investissement fonctionneront dans toutes les situations du marché ni qu’elles conviendront à tous les investisseurs. Chaque investisseur doit évaluer sa capacité à investir dans une optique à long terme, surtout en période de repli du marché. Il est recommandé aux investisseurs de consulter leur professionnel de l'investissement avant de prendre toute décision en matière d'investissement. Les perspectives et stratégies sont sujettes à modification, sans notification préalable.

De manière générale, PIMCO fournit des services à des institutions qualifiées, à des intermédiaires financiers et à des investisseurs institutionnels. Les investisseurs individuels doivent contacter leur propre professionnel de la finance pour déterminer les options de placement les plus appropriées à leur situation financière. Ce document contient les opinions du gérant, lesquelles sont sujettes à modification sans notification préalable. Le présent document est distribué à titre d'information uniquement et ne doit nullement être considéré comme un conseil en investissement ou une recommandation relative à quelque valeur mobilière, stratégie ou produit d'investissement que ce soit. Les informations contenues dans ce document proviennent de sources réputées fiables, mais ne sauraient être garanties. Aucune partie de ce document ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit et il ne peut y être fait référence dans aucune autre publication sans permission écrite expresse. PIMCO est une marque d’Allianz Asset Management of America L.P. aux États-Unis et ailleurs. ©2022, PIMCO.

PIMCO