Comprendre le monde de l’investissement

Sensibilité

La plupart des détenteurs d’obligations savent que les variations des taux d’intérêt influent sur la valeur de leurs investissements à revenu fixe. La sensibilité constitue à cet égard le meilleur moyen de mesurer l’impact que les hausses ou baisses de taux sont susceptibles d’avoir sur la valeur d’une obligation ou d’un portefeuille obligataire.

Qu’est-ce que la sensibilité d’une obligation?

La sensibilité est une mesure du risque de taux d’intérêt lié à une obligation en fonction de son échéance, de son rendement, de son coupon et de ses conditions de remboursement anticipé. Ces divers facteurs sont synthétisés en un nombre qui reflète la sensibilité de la valeur d’une obligation aux fluctuations des taux d’intérêt.

Comment les investisseurs utilisent-ils la sensibilité?

Généralement, plus la sensibilité d’une obligation est élevée, plus sa valeur diminuera en cas de hausse des taux d’intérêt, car lorsque les taux montent, la valeur des obligations baisse, et vice versa. Pour un investisseur anticipant une baisse des taux d’intérêt pendant la période de détention de son placement, une obligation à sensibilité longue sera attrayante dans la mesure où sa valeur augmentera plus que celle d’une obligation comparable présentant une sensibilité plus courte.

Comme le montre le tableau ci-dessous, plus la sensibilité d’une obligation est courte, moins elle est susceptible d’être volatile. Par exemple, une obligation assortie d’une sensibilité d’un an ne perdra que 1% si les taux augmentent de 1%. Une obligation affichant une sensibilité de 10 ans perdra quant à elle 10%. A l’inverse, si les taux baissent de 1%, les obligations à sensibilité longue s’apprécieront plus que celles à sensibilité courte.

Les investisseurs peu enclins au risque ou ne souhaitant pas enregistrer de fortes fluctuations de la valeur du principal de leur placement obligataire privilégieront les obligations assorties d’une sensibilité très courte. En revanche, ceux plus à même de faire face à de telles fluctuations ou misant sur une baisse des taux d’intérêt rechercheront une sensibilité plus longue.

Limites de la sensibilité

Si la sensibilité peut être un outil analytique extrêmement utile, elle ne reflète pas tous les risques liés aux obligations. Par exemple, elle ne donne aucune indication sur la qualité de crédit d’une obligation ou d’une stratégie obligataire. Cela peut s’avérer particulièrement important pour les titres de qualité inférieure (tels que les obligations à haut rendement), qui, d’une manière générale, sont tout aussi sensibles, si ce n’est plus, aux craintes des investisseurs quant à la stabilité de la société émettrice qu’aux fluctuations des taux d’intérêt.

Une autre limite de l’utilisation de la sensibilité pour évaluer une stratégie obligataire est que la sensibilité moyenne peut évoluer à mesure que les obligations détenues en portefeuille arrivent à échéance, ainsi qu’en fonction des fluctuations des taux d’intérêt. Ainsi, la sensibilité au moment de l’achat peut ne plus être exacte une fois les positions du portefeuille ajustées. Les investisseurs concernés doivent donc contrôler régulièrement la sensibilité moyenne de leur stratégie obligataire afin d’éviter les surprises, ou investir dans des stratégies gérées activement afin de maintenir la sensibilité de leur portefeuille dans une fourchette déterminée.

Comment les gérants de portefeuille utilisent-ils la sensibilité?

Bien qu’elle présente des limites, la sensibilité peut être un outil extrêmement utile pour construire des portefeuilles obligataires et gérer les risques y afférents. A mesure que ses prévisions concernant les fluctuations des taux d’intérêt évoluent, un gérant de portefeuille peut ajuster la sensibilité moyenne du portefeuille (en ajustant les positions de celui-ci) en conséquence.

Ces ajustements peuvent concerner l’ensemble du portefeuille ou un secteur particulier au sein de ce dernier. Ainsi, si le gérant anticipe une baisse des taux d’intérêt, il peut augmenter la sensibilité moyenne du portefeuille afin de tirer le meilleur parti de cette évolution. A l’inverse, si ses prévisions vont dans le sens d’une hausse des taux d’intérêt, il peut réduire la sensibilité moyenne du portefeuille et la ramener à un niveau proche de zéro afin de minimiser l’impact négatif sur la valeur des titres détenus.

S’il est convaincu que les taux d’intérêt vont augmenter, un gérant peut opter pour une sensibilité «négative» (par opposition à une sensibilité positive, plus courante), ce afin de protéger le portefeuille mais aussi d’accroître son rendement potentiel. En l’absence d’autres facteurs, un portefeuille à sensibilité négative s’appréciera en cas de hausse des taux d’intérêt.

PIMCO et la sensibilité

Dans la mesure où les prévisions concernant les taux d’intérêt influent fortement sur la valeur des obligations, PIMCO déploie d’importants efforts pour anticiper, au niveau mondial, les tendances économiques et politiques susceptibles d’avoir un impact sur l’évolution des taux d’intérêt. En fonction de ces perspectives à long terme, une fourchette de sensibilité est définie pour l’ensemble de nos portefeuilles, dans le cadre de laquelle des ajustements à court terme sont effectués si nécessaire. Outre les taux d’intérêt, nous utilisons les mesures de sensibilité pour déterminer la sensibilité de la valeur des obligations à d’autres facteurs, tels que l’évolution de la courbe des rendements et des spreads obligataires.

Similaire

Rubrique:
Tag:
Date:
Expert:
Ticker:
Tout réinitialiser

Mentions Légales

Tout type d’investissement comporte des risques et peut perdre de sa valeur. L’investisseur sur le marché obligataire s’expose à certains risques au nombre desquels un risque de marché, de taux, de signature, de crédit, d’inflation et de liquidité. La valeur de la plupart des obligations et stratégies obligataires est affectée par les variations de taux d’intérêt. Les obligations et les stratégies obligataires assorties de sensibilités plus longues ont tendance à être plus sensibles et plus volatiles que celles qui affichent des sensibilités plus courtes. De façon générale, les prix des obligations chutent quand les taux d’intérêt augmentent, un risque renforcé par le contexte actuel de taux d’intérêt bas. La réduction actuelle des capacités des contreparties obligataires peut contribuer à un assèchement de la liquidité sur le marché et à une volatilité accrue au niveau des prix. La valeur des investissements obligataires peut être supérieure ou inférieure à leur coût d’achat à la date de cession. Il est recommandé aux investisseurs de consulter leur professionnel de l’investissement avant de prendre toute décision en matière d’investissement.

En règle générale, la sensibilité reflète plus précisément les faibles variations des taux d’intérêt. Lorsque les taux d’intérêt varient plus fortement, d’autres facteurs peuvent également influer sur le prix des obligations.

Le présent document est distribué à titre d’information uniquement et ne doit nullement être considéré comme un conseil en investissement ou une recommandation relative à quelque valeur mobilière, stratégie ou produit d’investissement que ce soit. Il est recommandé aux investisseurs de consulter leur professionnel de l’investissement avant de prendre toute décision en matière d’investissement. Les informations contenues dans ce document proviennent de sources réputées fiables, mais ne sauraient être garanties.