Éclairage sur la stratégie

PIMCO StocksPLUS : Explorer un éventail plus large en quête d'alpha

StocksPLUS est une solution innovante pour vos allocations, qui voit plus loin que les marchés actions et qui met à profit les opportunités obligataires pour dégager de l'alpha.

Les actions mondiales ont signé un rebond spectaculaire depuis le creux de 2009, progressant de 13% par an.1 De telles performances seront désormais plus difficiles à obtenir dans un contexte de valorisations élevées et d'essoufflement du marché haussier (d'autant que les banques centrales de par le monde viennent d'entamer un lent processus de normalisation monétaire). Face à de telles perspectives, les investisseurs constateront aisément que des rendements tout juste en ligne avec le marché actions ne suffiront peut-être plus à atteindre leurs objectifs d'investissement, lesquels exigeront un recours de plus en plus fréquent à l'alpha. Hélas, dans l'univers des actions, la gestion active traditionnelle (sélection de titres) – véritable gageure pour les non-initiés – a connu bien des écueils ces dernières années.

Ces difficultés nouvelles font prendre conscience aux investisseurs qu'il est peut-être temps de revoir leur approche en matière d'investissement en actions. Beaucoup se tournent aujourd'hui vers des solutions non conventionnelles qui font le pari de trouver un alpha durable en dehors de l'univers actions. Dans l'entretien qui suit, Mohsen Fahmi et Sudi Mariappa, gestionnaires de portefeuilles chez PIMCO, nous expliquent comment la stratégie StocksPLUS est conçue, et pourquoi elle peut constituer une solution idéale pour les investisseurs qui souhaitent surperformer le marché de manière constante, et pour un coût inférieur à ce que proposent la plupart des gérants actifs traditionnels.

Q : Quelles raisons nos clients ont-ils de s'intéresser à StocksPLUS pour leurs allocations en actions ? Qu'en est-il de sa méthodologie non traditionnelle et de quelle façon produit-elle de l'alpha ?

Mohsen Fahmi : Au vu des défis auxquels les stock-pickers traditionnels sont confrontés, des approches innovantes comme StocksPLUS nous semblent devenir une nécessité pour dégager de l'alpha dans l'environnement actuel.

Ces dernières années, une démocratisation de l'information induite par des évolutions réglementaires et technologiques a amélioré l'accessibilité des données des sociétés et des cours de marché, grignotant peu à peu la valeur ajoutée des gérants actifs investis en actions et favorisant un paysage nettement plus compétitif. Parallèlement, l'augmentation des fusions-acquisitions et la diminution des introductions en bourse ont amené à créer des marchés actions plus concentrés, réduisant ainsi l'éventail d'opportunités pour les adeptes de la sélection de titres. Le nombre d'actions cotées sur les bourses américaines est aujourd'hui presque deux fois inférieur à ce qu'il était il y a 20 ans.

Voilà qui explique pourquoi une grande majorité de gérants actifs investis en actions ont sous-performé leurs indices de référence au cours de la dernière décennie – et pourquoi les investisseurs sont aujourd'hui (et on les comprend) désarmés à l'heure de choisir le partenaire qui saura leur assurer une performance digne de ce nom. En outre, l'approche consistant à analyser les résultats passés pour sélectionner un gestionnaire risque de se muer en une quête de performance à tout prix, ce qui risque à nouveau d'éroder les rendements.

La proposition de valeur de la gestion obligataire active est bien différente. Dans notre analyse intitulée « Les obligations, un cas à part », nous montrons par les chiffres que les gérants obligataires actifs surperforment davantage que les gérants actions. L'écart d'opportunités entre l'univers actions et celui des obligations est flagrant. Quoi de plus logique dès lors que de se poser la question suivante : et si nous cherchions l'alpha ailleurs ? Ou plutôt, comme je dis toujours, « ne laissez pas l'alpha se faire l'otage de votre bêta ! » StocksPLUS est une solution innovante pour vos allocations, qui voit plus loin que les marchés actions et qui met à profit les opportunités obligataires pour dégager de l'alpha.

La stratégie StocksPLUS repose sur une méthodologie non conventionnelle mais néanmoins assez simple. Dans un premier temps, nous tentons de répliquer le plus efficacement possible la performance de l'indice actions cible de l'investisseur au moyen de futures sur indice d'actions ou de swaps de rendement total. Nous ciblons les marchés de swap et de futures les plus liquides, qui constituent un moyen fiable et transparent d'obtenir un bêta actions sans engagement de capitaux excessif. De cette manière, environ 95% (voire plus) de nos actifs sont disponibles pour la recherche de rendements excédentaires et investis par le biais d'une stratégie flexible d'alpha obligataire de qualité, qui exploite l'éventail d'opportunités étendu de l'univers macro mondial. StocksPLUS a pour objectif de dégager un surcroît de rendement au moyen d'un portefeuille obligataire actif qui vise à surperformer le coût de l'exposition aux actions lié aux marchés monétaires. Et ça marche ! Depuis 30 ans déjà !

Q : Quels avantages la stratégie StocksPLUS offre-t-elle aux investisseurs en actions ?

Sudi Mariappa : StocksPLUS est idéalement positionné pour aider nos clients à atteindre leurs objectifs sur le long terme en offrant une source de rendements excédentaires décorrélée des marchés actions.

La gamme StocksPLUS se décline en plusieurs versions, ce qui permet à chaque investisseur de choisir l'indice actions le plus approprié en fonction de ses objectifs (qui peuvent être de cibler en particulier les grandes ou petites capitalisations, les marchés mondiaux ou émergents, voire une approche mixte ou plus personnalisée).

Notre processus de génération d'alpha est bien connu de nos clients. Nous comptons parmi les premiers gérants obligataires au monde et bénéficions de ce fait d'un accès privilégié à un très large éventail d'opportunités ainsi qu'aux meilleures idées macro et bottom-up de PIMCO. La flexibilité de notre approche de gestion nous permet de nous adapter en permanence à l'évolution des marchés et de maintenir le cap quelle que soit la direction qu'ils prennent (taux en hausse, aplatissement ou pentification de la courbe des rendements, élargissement ou resserrement des spreads). Nos portefeuilles sont dynamiques par nature : ils ne reposent sur aucun facteur de risque spécifique et mettent l'accent sur la diversification. Cette modularité a largement contribué au succès des stratégies StocksPLUS, en particulier sur des périodes de trois et cinq ans.

Certains pourront comparer notre démarche à une stratégie de levier, dès lors que l'exposition aux actions est intégralement constituée au moyen d'instruments indexés et que nous avons recours à une stratégie d'alpha obligataire. Certes, nous prenons un risque plus élevé par rapport aux approches passives, mais ce risque est le fruit d'une décision mûrement réfléchie en ligne avec le processus de construction du portefeuille. Le concept StocksPLUS est relativement simple ; la clé est de constituer un portefeuille obligataire largement décorrélé des actions et capable de produire une surperformance. Un processus de gestion des risques abouti et de vastes ressources en matière d'analyse de portefeuille nous permettent donc d'exploiter les opportunités d'investissement avec toute la rigueur nécessaire. Ajoutons que nous nous refusons à toute pratique de market timing ou de levier brut sur actions. Dans le cadre de notre stratégie obligataire, nous cherchons à définir un profil de risque qui correspond à celui de l'indice actions retenu.

Aussi, nous savons toute l'importance que nos clients accordent aux frais. Grâce à notre structure de frais compétitive, nous offrons une solution à moindre coût par rapport aux stock-pickers traditionnels. Bien que le portefeuille obligataire constitue le principal moteur de performance, nous nous attachons aussi à créer de la valeur autrement, en cherchant à tout moment le moyen le plus efficace d'obtenir un bêta actions par réplication. Ainsi, en janvier 2016, alors que les coûts de financement pour des placements en actions étaient au plus bas, nous en avons profité pour nous assurer des financements à plus long terme. Nous réalisons ainsi des économies de coûts, que nous pouvons par la suite répercuter au bénéfice de nos clients.

Q : Qu'est-ce qui distingue la gamme StocksPLUS des autres produits PIMCO, et en quoi le portefeuille Absolute Return (AR) se démarque-t-il de la stratégie originale ?

Mohsen Fahmi : Ce qui fait la spécificité de la stratégie obligataire sous-jacente aux produits StocksPLUS au sein de PIMCO, c'est sa volonté affirmée d'éviter toute corrélation avec les actions dans la construction de son portefeuille. Qui plus est, alors que les stratégies obligataires traditionnelles obéissent parfois à un indice de référence donné, la stratégie d'alpha obligataire StocksPLUS est libre de toute contrainte indicielle : il ne s'agit pas d'une stratégie obligataire cœur de portefeuille, qui implique généralement un risque de taux d'intérêt, ni d'une stratégie de crédit, susceptible de donner lieu à des corrélations avec les actions. En même temps, la stratégie cadre parfaitement avec la philosophie et le processus d’investissement de PIMCO : Le portefeuille s'appuie à la fois sur les orientations top-down de notre Comité d'investissement et est libre d'exploiter les opportunités bottom-up et les idées les plus prometteuses en termes de valeur relative.

StocksPLUS comme StocksPLUS Absolute Return (AR) visent à libérer une grande part du capital des investisseurs pour l'allouer à un portefeuille obligataire de qualité, à gestion active, qui cherche à générer un surcroît de rendement par rapport aux coûts de la réplication actions. La stratégie originale StocksPLUS entend relever ce défi en sortant de la sphère du marché monétaire afin de proposer une stratégie d'alpha en mode liquidités optimisées et de qualité, présentant une liquidité élevée dans des conditions normales de marché. Avec une faible sensibilité aux taux (généralement d'un an au plus), cette approche cherche à offrir une solution à faible erreur de suivi aux investisseurs en quête d'une allocation de type indiciel optimisée.

Le portefeuille StocksPLUS AR adopte des positions qui ciblent un niveau supérieur de performance relative en cherchant à capter les primes de risques excédentaires et à tirer parti des tendances macroéconomiques à moyen terme. La stratégie AR scrute les placements les plus intéressants au sein d'un catalogue d'opportunités internationales tout en ciblant une erreur de suivi très similaire, voire inférieure, à celle des stratégies actives traditionnelles de la sphère actions. Et dans la mesure où le portefeuille dispose d'un arsenal de moyens élargi, la construction du portefeuille et le calibrage des positions revêtent une importante cruciale. A titre d'exemple, au moment de choisir une nouvelle position à intégrer au portefeuille StocksPLUS AR, nous analysons ses interactions avec le portefeuille obligataire existant et l'indice d'actions sous-jacent. Afin de déterminer le positionnement à adopter sur un nouveau placement - disons que nous envisageons de prendre une position longue sur le dollar US - nous sommes attentifs à la meilleure manière de traduire notre point de vue dans la réalité. Il est possible par exemple qu'une position longue sur le dollar américain par rapport aux devises liées aux matières premières (AUD ou CAD) présente des caractéristiques défensives, tandis que la même position face au yen japonais, du fait de sa corrélation positive avec les actions, sera pénalisante. Toutes choses étant égales par ailleurs, nous cherchons à sélectionner des positions susceptibles de présenter des corrélations moins importantes par rapport à l'indice d'actions et qui réduisent le risque de concentration du portefeuille, de sorte que StocksPLUS AR soit positionné pour dégager un alpha plus « pur ».

Q : A quoi ressemble le quotidien d'un gérant de stratégies telles que StocksPLUS ?

Sudi Mariappa : Nous sommes toujours en quête des opportunités d'investissement les plus attrayantes pour ces stratégies, qu'il s'agisse de la dette gouvernementale US, du crédit, des titres adossés à des actifs ou des obligations internationales. Pour ce faire, nous puisons en permanence dans les vastes ressources de PIMCO, en nous appuyant notamment sur nos bureaux de négociation dédiés aux actions, aux obligations mondiales, ainsi que sur nos équipes d'investissement, de Newport Beach à Tokyo en passant par Londres et Munich.

Notre journée type peut commencer par une analyse des facteurs de risque et des allocations clés d'un portefeuille et par une discussion concernant la nécessité de lever des liquidités ou de les investir avec notre département « court terme ». Nous suivons également l'évolution au jour le jour des marchés en Asie et nous sommes en contact avec notre bureau de Londres pour surveiller l'activité sur les taux, les devises, les marchés de spread et l'actualité politique en Europe. Nous sommes parfois amenés à nous concerter avec l'équipe Marchés émergents vis-à-vis d'un développement politique au Brésil ou d'une nouvelle émission en Argentine ou encore une position de change au Mexique. Une discussion avec l'équipe de crédit concernant leurs perspectives pour le secteur financier, suivie d'une réunion avec l'équipe des actifs titrisés à propos d'une nouvelle offre de CLO, sont également parfois réalisées avant même l'heure du déjeuner. Nous prenons tous les deux part au Comité d'investissement de PIMCO, dont Mohsen est un membre permanent. Cela peut donner lieu à d'autres débats et discussions. L'ampleur des ressources disponibles nous ouvre un large champ d'opportunités.

La force du processus repose sur notre capacité à combiner les points de vue top-down et les opportunités bottom-up. Tout cela débouche sur une construction de portefeuille robuste, qui n'est pas le reflet d'un point de vue ou d'une opinion unique, mais qui s'adapte plutôt aux conditions du marché, au gré des fluctuations des taux.

Q : Qu'est-ce qui fait la singularité de PIMCO en tant que partenaire d'investissement ?

Mohsen Fahmi : Voilà plus de trente ans que PIMCO assure la gestion des portefeuilles StocksPLUS et que nous peaufinons nos procédures afin d'optimiser notre liquidité et nos rendements. Les opportunités dans l'obligataire sont loin d'être épuisées, et compte tenu de l'historique de performance de PIMCO en tant que gérant obligataire de premier plan (45 années), nous nous profilons comme un partenaire de choix dans ce segment.

Notre présence internationale nous confère un accès privilégié aux points de vue les plus éclairés de PIMCO et donne lieu à des échanges d'idées passionnants. La diversité des ressources accessibles, par le biais de traders implantés aux quatre coins du globe, assure à nos équipes un vaste terrain de jeu. Il s'agit là d'un atout majeur pour les investisseurs individuels et institutionnels désireux d'élargir leur propre univers d'investissement.

Depuis plus d'une trentaine d'années, l'approche StocksPLUS est mise à l'épreuve des différents environnements de marché et elle revendique aujourd'hui plus de 30 milliards USD d'actifs sous gestion, une preuve de son sérieux, en dépit de sa nature relativement anticonformiste. Il ne fait pour nous aucun doute que la stratégie a encore de beaux jours devant elle.

1 Les rendements des actions mondiales sont représentés par l'indice MSCI ACWI (All Country World Index).
L’auteur

Mohsen Fahmi

Gérant de portefeuilles, Obligations internationales

Afficher le profil

Latest Insights

Similaire

Fonds Associés

Mentions Légales

Les performances passées ne constituent pas une garantie ou un indicateur fiable des résultats futurs.

Les portefeuilles de performance absolue pourraient ne pas prendre part aux fortes reprises des marchés. L'investisseur sur le marché obligataire s'expose à certains risques au nombre desquels un risque de marché, de taux, de signature, de crédit, d'inflation et de liquidité. La valeur de la plupart des obligations et stratégies obligataires est affectée par les variations de taux d'intérêt. Les obligations et les stratégies obligataires assorties de sensibilités plus longues ont tendance à être plus sensibles et plus volatiles que celles qui affichent des sensibilités plus courtes. De façon générale, les prix des obligations chutent quand les taux d'intérêt augmentent, un risque renforcé par le contexte actuel de taux d'intérêt bas. La réduction actuelle des capacités des contreparties obligataires peut contribuer à un assèchement de la liquidité sur le marché et à une volatilité accrue au niveau des prix. La valeur des investissements obligataires peut être supérieure ou inférieure à leur coût d'achat à la date de cession. La valeur des actions peut baisser en fonction des conditions générales de marché, économiques et sectorielles réelles ou perçues. L'investissement dans des titres libellés en devise étrangère et/ou domiciliés à l'étranger peut entraîner des risques plus élevés en raison des fluctuations de change et des risques économiques et politiques potentiellement plus élevés dans les marchés émergents. Les swaps sont un type d'instrument dérivé ; leur compensation et leur négociation sont de plus en plus centralisées. Les swaps dont la compensation et la négociation ne sont pas centralisées sont susceptibles d'être moins liquides que les instruments cotés en bourse. Les produits dérivés peuvent comporter certains coûts et risques, comme les risques de liquidité, de taux, de marché, de crédit et de gestion ainsi que le risque qu'une position ne puisse être liquidée au moment le plus opportun. Un investissement en produits dérivés peut générer une perte supérieure au montant investi.

Dans ce contexte, les termes « bon marché » et « cher » se réfèrent à un titre ou une classe d’actif qui est considéré(e) comme nettement sous- ou surévalué(e) par rapport à sa moyenne historique et aux anticipations du gérant. Aucune garantie n’est donnée concernant l’obtention de résultats futurs ou l’obtention de gains ou d’une protection contre des pertes éventuelles grâce à la valorisation d'un titre.

Les placements de trésorerie optimisés afficheront davantage de volatilité que les fonds du marché monétaire et leur valeur fluctuera dès lors que la gestion des investissements n'a pas vocation à garantir une valeur de l'action stable à 1 USD. Les portefeuilles peuvent également investir une partie de leurs actifs dans des obligations dites spéculatives. Les stratégies à court terme ne bénéficient pas d'un mécanisme fédéral de garantie et peuvent perdre de leur valeur.

L'alpha mesure la performance ajustée du risque, soit l'écart entre la volatilité (risque de cours) d'un portefeuille et sa performance ajustée du risque par rapport à un indice de référence. Autrement dit, l'excédent de rendement par rapport à cet indice de référence constitue l'alpha.

Rien ne dit que les stratégies d'investissement porteront leurs fruits dans toutes les conditions de marché ou qu'elles sont adaptées à tout type d'investisseur. Il est conseillé à chaque investisseur d'évaluer sa capacité à investir sur le long terme et plus particulièrement durant les replis boursiers. Il est recommandé aux investisseurs de consulter leur professionnel de l'investissement avant de prendre toute décision en matière d'investissement.

Ce document contient les opinions du gérant, lesquelles sont sujettes à modification sans notification préalable. Le présent document est distribué à titre d'information uniquement et ne doit nullement être considéré comme un conseil en investissement ou une recommandation relative à quelque valeur mobilière, stratégie ou produit d'investissement que ce soit. Les informations contenues dans ce document proviennent de sources réputées fiables, mais ne sauraient être garanties. Aucune partie de ce document ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit et il ne peut y être fait référence dans aucune autre publication sans permission écrite expresse. PIMCO est une marque d’Allianz Asset Management of America L.P. aux Etats-Unis et ailleurs. © 2018, PIMCO.