Analyses

Les marchés en bref par Géraldine Sundstrom

Les marchés financiers ont eu le vent en poupe, sur fond de hausse des prix des actifs risqués et sûrs.

Accédez à ces points de vue via le Dynamic Multi-Asset Fund, un fonds dynamique conçu pour répondre à tous les environnements de marché et aider les investisseurs à naviguer dans les situations de marché les plus difficiles.




Du bureau de Geraldine Sundstrom, le vendredi 30 septembre 2022.

Des avertissements et des interventions

Le mois de septembre se termine sur un tableau pour le moins sombre, le S&P 500 ayant notamment clôturé en baisse de 9,3 %, soit sa pire performance mensuelle depuis le sinistre mois de mars 2020. Et l'on peut se demander quand tout cela s'arrêtera, alors que la liste des obstacles ne cesse de s'allonger, notamment en Europe. Nous attendons bien entendu tous le moment où les prix des obligations et des actions seront à nouveau positivement corrélés. 

Jusqu'à présent, cependant, les perspectives qu'offre l'actualité sur le front de l'inflation ne sont guère réjouissantes : l'inflation de l'indice harmonisé des prix à la consommation (IPCH) en Europe a atteint 10 % en glissement annuel en septembre, contre 9,7 % pour les prévisions et 9,1 % en août, et le déflateur des dépenses de consommation personnelle (DPD) de base aux États-Unis s'est établi à 4,9 % en glissement annuel, contre 4,7 % pour les prévisions et sur la période précédente. Ainsi donc, les banquiers centraux ont maintenu une orientation restrictive, ce qui est compréhensible à la lumière de la hausse de l'inflation et des négociations salariales. Leur discours semble néanmoins de plus en plus sourd au contexte ambiant.

La liste des avertissements et des interventions en tout genre s'allonge. La situation au Royaume-Uni, à la une de presque tous les journaux, s'est soldée par un avertissement à peine masqué du FMI, à « ne pas recourir à des mesures budgétaires importantes et non ciblées à ce stade », incitant la Banque d'Angleterre (BoE) à reprendre l'achat de Gilts pour stabiliser une situation en passe de devenir incontrôlable dans le secteur des pensions.

Mais la BoE n'a pas été la seule banque centrale à devoir intervenir : la Banque de Corée a elle aussi entrepris des achats d'obligations, et les autorités chinoises ont pris des mesures pour ralentir l'affaiblissement du yuan et ont ordonné aux banques publiques de consentir un prêt d'un montant colossal de 600 milliards de yuans (85 milliards de dollars) au secteur du logement, plongé dans une véritable descente aux enfers. La liste des interventions pourrait encore s'allonger, car le Comité européen du risque systémique (CERS) a émis son premier avertissement général concernant un éventuel krach du marché immobilier, l'effondrement de l'immobilier commercial, une cyberattaque de grande envergure contre des infrastructures critiques et, surtout, la dynamique de la dette souveraine.

Alors que la situation au Royaume-Uni faisait les gros titres, le gouvernement allemand s'est joint au mouvement et a également annoncé un important plan budgétaire de 200 milliards d'euros (194 milliards de dollars, soit environ 5 % du PIB) pour plafonner les prix de l'énergie et soulager l'économie jusqu'à la fin de l'hiver 2024. Les arbitrages demeureront cependant nécessaires, car rien n'est gratuit : moins d'inflation maintenant, mais plus de consommation d'énergie et d'inflation plus tard, ainsi qu'une émission de dette beaucoup plus importante. L'hiver 2022/2023 commence mal en Europe, mais la situation pour 2023/2024 pourrait être pire encore, si l'on en croit le commissaire européen à l'énergie, Kadri Simson, en particulier après l'annonce du sabotage potentiel des gazoducs Nord Stream 1 et 2, qui pourrait mettre en danger les infrastructures énergétiques.

La liste de nos malheurs est suffisamment longue, mais nous pourrions encore y ajouter un lot de nouvelles inquiétantes du côté des entreprises. Nos analystes actions repèrent des tendances à l'excédent de stocks, des réductions drastiques de dépenses d'investissement, un effondrement des indicateurs avancés... qui ne nous rendent pas optimistes quant à l'avenir.

Mais où est donc la lueur d'espoir, alors ? En 90 minutes, la lumière du soleil frappe la Terre en quantité suffisante pour répondre aux besoins énergétiques de l'humanité pendant une année entière. À la fin de l'année 2021, les États-Unis disposaient d'une capacité totale de production d'électricité à l'échelle industrielle de 1 144 gigawatts. Aujourd'hui, les entreprises sont disposées à en construire à nouveau presque autant, ce qui témoigne de grandes ambitions et de possibilités d'investissement : 46 % sont des projets solaires et 42 % des technologies de batteries combinées.

Au sein du portefeuille DMAF, nous observons un accroissement des risques en Europe et nous avons donc étoffé nos positions courtes et/ou allégé nos positions longues sur les devises, les actions et la sensibilité aux taux des emprunts souverains de la région. Nous continuerons de surveiller les événements et, en particulier, de saisir les opportunités dans l'univers obligataire, si et quand elles se présenteront.

Géraldine

Retrouvez ces points de vue sur la page du Dynamic Multi-Asset Fund.

L’auteur

Geraldine Sundstrom

Gestionnaire de portefeuilles

Afficher le profil

Latest Insights

Produits gérés

Mentions Légales

Les performances passées ne sont pas une garantie ou un indicateur fiable des résultats futurs et aucune garantie n'est donnée que des rendements similaires seront obtenus dans le futur.

PIMCO Funds: Global Investors Series plc est une société d'investissement à capital variable de type ouvert à compartiments multiples. Elle est constituée sous la forme d'une société à responsabilité limitée en vertu du droit irlandais sous le numéro 276928. Ces informations ne doivent être utilisées dans aucun pays ou auprès d'aucune personne si leur utilisation est susceptible de constituer une violation de la législation en vigueur. Les informations contenues dans la présente communication visent à compléter celles figurant dans le prospectus du Fonds et doivent être lues conjointement à ce dernier. Les investisseurs doivent soigneusement étudier les objectifs d'investissement, les risques, ainsi que les frais et dépenses liés à ces fonds avant d'investir. Ces informations ainsi que d'autres données figurent dans le prospectus du fonds. Veuillez lire attentivement ce prospectus avant d'investir ou de débloquer des fonds. Les performances passées ne constituent pas une garantie ou un indicateur fiable des résultats futurs. Par ailleurs, aucune garantie n'est donnée quant à l'obtention de rendements similaires à l'avenir. Les rendements sont exprimés nets de commissions et autres frais ; ils incluent le réinvestissement des dividendes. Les données de performance représentent des performances passées. Le rendement de l'investissement et le montant en principal fluctuent de telle sorte que le produit de la cession des actions des Fonds PIMCO GIS peut être supérieur ou inférieur au montant initialement investi. Les écarts éventuels dans les chiffres de performance sont dus aux arrondis. Le Fonds peut investir dans des titres ne provenant ni des Etats-Unis, ni de la zone euro, ce qui implique des risques potentiellement plus élevés, notamment en termes de fluctuations de devises autres que le dollar américain ou l'euro et d'incertitudes politiques ou économiques. A titre d'information uniquement. Veuillez noter que tous les Fonds ne sont pas enregistrés pour commercialisation dans toutes les juridictions. Pour de plus amples informations, veuillez contacter PIMCO Europe Ltd. Pour plus d'informations et/ou pour recevoir un exemplaire du prospectus du Fonds, veuillez vous adresser à l'Agent administratif : State Street Fund Services (Ireland) Limited et State Street Custodial Services (Ireland) Limited (collectivement, « State Street »), Téléphone +353 1 7768000, Fax+353 1 7768491. © 2020.

RISQUE: L'investisseur sur le marché obligataire s'expose à certains risques au nombre desquels un risque de marché, de taux, de signature, de crédit, d'inflation et de liquidité. La valeur de la plupart des obligations et stratégies obligataires est affectée par les variations de taux d'intérêt. Les obligations et les stratégies obligataires assorties de sensibilités plus longues ont tendance à être plus sensibles et plus volatiles que celles qui affichent des sensibilités plus courtes. De façon générale, les prix des obligations chutent quand les taux d'intérêt augmentent, un risque renforcé par le contexte actuel de taux d'intérêt bas. La réduction actuelle des capacités des contreparties obligataires peut contribuer à un assèchement de la liquidité sur le marché et à une volatilité accrue au niveau des prix. La valeur des investissements obligataires peut être supérieure ou inférieure à leur coût d'achat à la date de cession. Les matières premières comportent des risques accrus, parmi lesquels les risques de marché, politiques, réglementaires et environnementaux, et peuvent ne pas convenir à tous les investisseurs. Les taux de change peuvent fluctuer sensiblement sur de courtes périodes et réduire les performances d'un portefeuille. Les produits dérivés peuvent comporter certains coûts et risques, comme les risques de liquidité, de taux, de marché, de crédit et de gestion ainsi que le risque qu'une position ne puisse être liquidée au moment le plus opportun. Un investissement en produits dérivés peut générer une perte supérieure au montant investi. La valeur des actions peut baisser en fonction des conditions générales de marché, économiques et sectorielles réelles ou perçues. L'investissement dans des titres libellés en devise étrangère et/ou domiciliés à l'étranger peut entraîner des risques plus élevés en raison des fluctuations de change et des risques économiques et politiques potentiellement plus élevés dans les marchés émergents. Les titres souverains sont généralement garantis par le gouvernement qui les émet. Les obligations d’agences et émanations du gouvernement américain bénéficient d’une certaine forme de protection mais pas de la pleine garantie du gouvernement américain. Les portefeuilles qui investissent dans de tels titres ne sont pas garantis et subissent des fluctuations de valeur. Les titres moins bien notés à haut rendement présentent davantage de risques que les titres bénéficiant d'une meilleure notation. Les portefeuilles qui investissent dans de tels titres s'exposent à des niveaux de risque de crédit et de liquidité plus élevés que les autres. Les titres adossés à des hypothèques et à des actifs peuvent être sensibles aux fluctuations des taux d'intérêt et soumis au risque de remboursement anticipé. S'ils sont généralement garantis par des gouvernements, des agences gouvernementales ou des entités privées, rien ne dit que ces derniers honoreront leurs engagements. Les revenus générés par les obligations municipales peuvent être soumis à des taxes prélevées par leur Etat ou collectivité locale d'origine, voire, le cas échéant, à l'impôt minimum de remplacement. Les swaps sont un type d'instrument dérivé ; leur compensation et leur négociation sont de plus en plus centralisées. Les swaps dont la compensation et la négociation ne sont pas centralisées sont susceptibles d'être moins liquides que les instruments cotés en bourse. Les obligations indexées sur l'inflation (OII) émises par un gouvernement sont des titres à revenu fixe dont la valeur de remboursement est ajustée périodiquement en fonction du taux d'inflation. Les OII perdent de la valeur lorsque les taux d'intérêt réels augmentent. Les Treasury Inflation-Protected Securities (TIPS) sont des OII émises par le gouvernement américain. Certaines obligations d'Etat américaines sont garanties par la bonne foi du gouvernement. Les obligations d’agences et émanations du gouvernement américain bénéficient d’une certaine forme de protection mais pas de la pleine garantie du gouvernement américain. Les portefeuilles qui investissent dans de tels titres ne sont pas garantis et subissent des fluctuations de valeur.

Ce document contient les opinions du gérant, lesquelles sont sujettes à modification sans notification préalable. Ce document est publié à titre d'information uniquement. Les informations contenues dans ce document proviennent de sources réputées fiables, mais ne sauraient être garanties. Aucune partie de ce document ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit et il ne peut y être fait référence dans aucune autre publication sans permission écrite expresse. PIMCO est une marque d’Allianz Asset Management of America L.P. aux États-Unis et ailleurs. ©2021, PIMCO.

PIMCO Europe Ltd (n° d’enregistrement 2604517) est autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority (12 Endeavour Square, London E20 1JN) au Royaume-Uni. Les services fournis par PIMCO Europe Ltd ne s'adressent pas aux investisseurs privés, auxquels la présente communication n'est d'ailleurs pas destinée et à qui il est conseillé de s'adresser à un conseiller financier. PIMCO Europe GmbH (n° d’enregistrement 192083, Seidlstr. 24-24a, 80335 Munich, Germany), PIMCO Europe GmbH Italian Branch (n° d’enregistrement 10005170963), PIMCO Europe GmbH Spanish Branch (N.I.F. W2765338E) et PIMCO Europe GmbH Irish Branch (n° d’enregistrement 909462) sont autorisées et réglementées par le German Federal Financial Supervisory Authority (BaFin) (Marie- Curie-Str. 24-28, 60439 Frankfurt am Main) en Allemagne conformément à la Section 32 du German Banking Act (KWG). Les succursales italienne, irlandaise and espagnole sont en outre réglementées par la Commissione Nazionale per le Società e la Borsa (CONSOB) conformément à l’Article 27 de la version consolidée de la loi de finances italienne et par la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV) conformément aux obligations stipulées dans les articles 168 et 203 à 224, ainsi que les obligations contenues dans Tile V, Section I du Law on the Securities Market (LSM) et dans les articles 111, 114 and 117 du Royal Decree 217/2008, respectivement. Les services fournis par PIMCO Europe GmbH sont réservés uniquement aux clients professionnels, tel que définie dans la Section 67 para. 2 du German Securities Trading Act (WpHG). Ils ne sont pas offerts aux investisseurs individuels, qui ne devraient pas utiliser ce document.| PIMCO (Schweiz) GmbH (enregistrée en Suisse le n° d’enregistrement CH-020.4.038.582-2). Les services fournis par PIMCO (Schweiz) GmbH ne s'adressent pas aux investisseurs privés, à qui il est conseillé de s'adresser à un conseiller financier. © 2021, PIMCO.

PIMCO