Blog

Beaucoup de bruit... autour du cap des 3 %

Le 24 avril, le rendement des bons du Trésor à 10 ans a franchi le cap symbolique des 3 %. Nous en prenons bonne note, mais plutôt que de nous attarder sur des épisodes ponctuels, nous préférons nous focaliser sur les facteurs de long terme qui orientent les taux.

Le 24 avril, le rendement des bons du Trésor à 10 ans a franchi le cap symbolique des 3 %. Les marchés actions ont dévissé et, au vu du tapage médiatique qui s'en est suivi, il se pourrait bien que bon nombre d'investisseurs aient commencé à en faire des cauchemars.  

À nos yeux, franchir ce cap des 3 %, ou un autre, n'est pas important en soi. Il n'a en effet pas fallu longtemps pour que les rendements repassent sous cette barre, bridés par les nombreux facteurs susceptibles selon nous d'endiguer leur hausse. 

Plutôt que de nous attarder sur des épisodes ponctuels, nous préférons nous focaliser sur les facteurs de long terme qui influencent les taux et sur la construction prudente de portefeuilles. Dans le sillage de la crise financière, nous avons décrit la Nouvelle Norme mondiale, caractérisée par une croissance modérée, confrontée à des obstacles tels que le vieillissement de la population, de faibles gains de productivité et des niveaux d'endettement élevés. Par la suite, nous avons présenté la Nouvelle Neutralité des taux directeurs et la probabilité que le taux des fonds fédéraux tende vers un niveau neutre inférieur aux cycles précédents.

Nous réexaminerons notre position vis-à-vis de ces tendances à long terme lors de notre Forum séculaire qui se tiendra à Newport Beach dans le courant du mois. Celui-ci réunira nos professionnels de l'investissement ainsi que des intervenants extérieurs prestigieux pour trois journées de présentations et de débats. Évoquons, pour l'heure, les opinions de PIMCO à quelques jours de ce forum.

Taux d'intérêt

À quoi les investisseurs doivent-ils s'attendre sur le plan des taux à présent que le rendement à 10 ans a flirté avec les 3 % ? Les modèles historiques peuvent, selon nous, nous éclairer quelque peu.

Pour commencer, le rendement des bons du Trésor à 10 ans a eu tendance, au cours des derniers cycles, à évoluer dans le haut de la fourchette du taux des Fed funds correspondant.

Celui-ci fluctue actuellement entre 1,5 et 1,75 %. Le marché semble tabler sur une hausse d'environ 55 points de base d'ici la fin de l'année, ce qui le porterait à un peu plus de 2%. Par la suite, notre Nouvelle Neutralité suggère que le taux directeur devrait se maintenir juste au-dessus de 3 %. De manière générale, nous sommes d'avis que les taux d'intérêt grimperont moins qu'au cours des précédents cycles de relèvement du fait de forces séculaires, telles que l'endettement élevé, la démographie et les faibles gains de productivité. La faiblesse des taux à l'échelle mondiale jouera également un rôle. 

Soulignons également que contrairement à 2013, année au cours de laquelle le rendement à 10 ans avait également franchi le cap des 3 %, les marchés ont intégré que le relèvement des taux par la Fed devrait plafonner sous les 3 %, soit bien en deçà des 5 % ou presque craints à l'époque. 

Comme l'indique le graphique, le rendement des bons du Trésor à 10 ans présente également un niveau de résistance potentiel : D'un point de vue historique, il reste en dessous du taux de croissance nominale du PIB américain. Selon nous, le PIB ne devrait guère progresser dans les prochains mois, si ce n'est un bref sursaut provoqué par la relance budgétaire, et une récession est probable à plus long terme. En outre, dans la mesure où la Fed détient toujours des billions de dollars d'obligations rachetées dans le cadre de son programme d'assouplissement quantitatif, les gains de rendement resteront limités au cours du cycle actuel.

Les taux devraient évoluer dans une fourchette étroite

Plan d'action

Alors que je viens de décrire les différents facteurs de nature à endiguer la hausse des taux, ceux-ci continuent malgré tout de grimper légèrement et la volatilité a fait son retour sur les marchés. Dans cet environnement, les investisseurs pourraient envisager les 5 suggestions suivantes.

  1. Pensez aux obligations « core » lorsque les rendements augmentent. L'indice Bloomberg Barclays U.S. Aggregate, l'indice de référence des stratégies obligataires « core », affiche actuellement un rendement de 3,3 % environ, soit son plus haut niveau en huit ans. Au vu de leur rendement actuel, les obligations « core » constituent une opportunité de diversification attrayante.

  2. Évitez toute dépendance à des stratégies obligataires directionnelles. Les stratégies axées sur le revenu, qui visent à maximiser le rendement, et les stratégies non contraintes, qui peuvent modifier la sensibilité et les autres expositions sans être prisonnières d'indices de référence, sont intéressantes dans un tel environnement de marché.

  3. Soyez prospectif en ce qui concerne le risque crédit et le risque actions. Si les taux venaient à augmenter plus rapidement que prévu, les actions et les titres de crédit pourraient sous-performer. Une approche défensive peut dès lors se justifier.

  4. Mobilisez votre allocation aux liquidités. Pour les investisseurs qui peuvent se permettre de prendre un peu plus de risques qu'avec des dépôts bancaires et des fonds monétaires, la hausse des taux fait naître des opportunités intéressantes parmi les obligations de courte échéance de qualité, avec des rendements d'environ 2% ou plus. Selon un rapport publié récemment par la Fed, quelque 12 billions USD dorment actuellement sur des comptes bancaires, offrant un rendement nul, ou à tout le moins proche de zéro.

  5. Concentrez-vous sur le long terme. Si une hausse des taux peut être préjudiciable à court terme, il n'en va pas de même sur le long terme. Nous suggérons dès lors aux investisseurs de ne pas céder à la panique et de garder à l'esprit les avantages offerts par l'obligataire en termes de diversification.

Pour l'heure, toute cette agitation autour de ce cap des 3 % ne rime à rien et ne devrait certainement pas influencer durablement les marchés mondiaux.

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous au blog PIMCO pour recevoir les dernières actualités.

S'ABONNER
L’auteur

Tony Crescenzi

Stratégiste de marché et gestionnaire de portefeuilles

Afficher le profil

Latest Insights

Similaire

Mentions Légales

London
PIMCO Europe Ltd
11 Baker Street
London W1U 3AH, England
+44 (0) 20 3640 1000

Dublin
PIMCO Europe GmbH Irish Branch,
PIMCO Global Advisors (Ireland)
Limited
3rd Floor, Harcourt Building 57B Harcourt Street
Dublin D02 F721, Ireland
+353 (0) 1592 2000

Munich
PIMCO Europe GmbH
Seidlstraße 24-24a
80335 Munich, Germany
+49 (0) 89 26209 6000

Milan
PIMCO Europe GmbH - Italy
Corso Matteotti 8
20121 Milan, Italy
+39 02 9475 5400

Zurich
PIMCO (Schweiz) GmbH
Brandschenkestrasse 41
8002 Zurich, Switzerland
Tel: + 41 44 512 49 10

Madrid
PIMCO Europe GmbH - Spain
Paseo de la Castellana, 43
28046 Madrid, Spain
Tel: +34 810 809 912

Tout type d'investissement comporte des risques et peut perdre de sa valeur. L'investisseur sur le marché obligataire s'expose à certains risques au nombre desquels un risque de marché, de taux, de signature, de crédit, d'inflation et de liquidité. La valeur de la plupart des obligations et stratégies obligataires est affectée par les variations de taux d'intérêt. Les obligations et les stratégies obligataires assorties de sensibilités plus longues ont tendance à être plus sensibles et plus volatiles que celles qui affichent des sensibilités plus courtes. De façon générale, les prix des obligations chutent quand les taux d'intérêt augmentent, un risque renforcé par le contexte actuel de taux d'intérêt bas. La réduction actuelle des capacités des contreparties obligataires peut contribuer à un assèchement de la liquidité sur le marché et à une volatilité accrue au niveau des prix. La valeur des investissements obligataires peut être supérieure ou inférieure à leur coût d'achat à la date de cession. Les portefeuilles de performance absolue pourraient ne pas prendre part aux fortes reprises des marchés. La diversification ne constitue pas une garantie contre les pertes. Rien ne dit que les stratégies d'investissement porteront leurs fruits dans toutes les conditions de marché ou qu'elles sont adaptées à tout type d'investisseur. Il est conseillé à chaque investisseur d'évaluer sa capacité à investir sur le long terme et plus particulièrement durant les replis boursiers. Il est recommandé aux investisseurs de consulter leur professionnel de l'investissement avant de prendre toute décision en matière d'investissement.

PIMCO